,

Le plafond de verre : mythe ou réalité ?

plafond

L’expression «plafond de verre» est une métaphore qui désigne la barrière invisible à laquelle les femmes font face dans leur ascension professionnelle, un champ de forces les empêchant d’atteindre le sommet d’une organisation. Ainsi les quelques femmes qui ont aspiré à devenir des Superwomen et réussis à franchir l’obstacle n’occupent généralement qu’une position symbolique. Le concept est largement débattu, sa réalité faisant l’objet d’avis mitigés. D’une part, ceux qui soutiennent son existence dénoncent un déni manifeste des compétences personnelles et professionnelles à remplir efficacement une tâche dès que la question du genre intervient. plafondD’autre part, ceux qui occultent cet aspect des relations professionnelles entre homme et femme entretiennent l’idée qu’il ne s’agit que d’un mythe féministe nourri par des activistes extrémistes. Néanmoins, le sujet obsède qu’il s’agisse d’une réalité ou d’un mythe. Se pose alors une problématique majeure : « le plafond de verre définit-il réellement la situation des femmes actives ? » Si oui, comment pourrait-on concevoir un leadership efficace si le genre de l’individu importe plus que ses compétences ? Pour mieux comprendre le concept soulevé dans ces quelques lignes, voyons tout d’abord ses racines et la manière dont il apparait dans notre société actuelle.

Les origines du concept

Selon Ann Morrison, spécialiste des relations en milieu professionnel, le plafond de verre n’est pas simplement un obstacle qui s’érige face à l’incapacité de la personne à gérer un travail, il s’agit d’un blocage qui s’impose aux femmes par le simple fait de leur genre. Se prévaloir de capacité digne de Superwoman vous vaudra une grosse tape sur la tête si vous tentez de gravir le sommet. Il va sans dire que l’on préfère taire l’existence de ce genre de pratique bien que beaucoup de femmes en souffrent de manière apparente. Les facteurs d’influence sont multiples. La propension que prend le plafond de verre dans le monde professionnel est tributaire d’un choix initialement fait par nous-même, Mesdames et développée par les structures organisationnelles et culturelles.plafond En sa qualité de mère, la femme choisit ses responsabilités affectives au détriment d’une brillante carrière. Ou, il peut arriver que la femme, intimidée par ce monde d’hommes se met volontairement en retrait. Reléguant sa personne au second plan en prétendant qu’une femme est sensée être  une Lady et non un homme d’affaires. Puis, la grande barrière pour nos aspirantes Superwomen c’est ce «groupe de gars assis autour d’une table» à qui il est donné le plein pouvoir de décider de tout ce qui touche la vie de l’entreprise. Cela va de soi, ce groupe de dirigeants majoritairement masculin aura tendance à ne pas prendre en considération les candidatures féminines. 

Les femmes de nos jours souffrent-elles encore de cette sélection sexiste ?

Les résultats d’un sondage mené par le Wall Street Journal Gallup auprès de femmes actives démontrent que la gente féminine se sent nettement désavantagée en milieu professionnel. Cette étude accuse un taux de 3% seulement de femmes qui considèrent leur vie de famille comme principale obstacle à leur carrière. Le reste de la population interrogée a soulevé des raisons étroitement liées à une question se rapportant au genre et au chauvinisme masculin. Ainsi les attitudes allant à l’encontre de l’avancement d’une femme au sein d’une société semblent indéniables. D’autres enquêtes menées par le Korn Ferry International montrent que 40% des femmes actives trouvent de grandes difficultés à s’imposer dans un univers où les hommes ont régné en maître depuis des siècles.

 Il est clair que le plafond de verre découle d’un ensemble de facteurs qui sont étroitement liés. Aussi, bien que bon nombre préfèrent occulter cette réalité, elle est telle une épée de Damoclès menaçant à chaque seconde de nous tomber sur la tête. Enfin, force est d’admettre que la situation des femmes en milieu professionnel n’est plus aussi précaire qu’elle ne l’était 50 ans plus tôt.plafond Toutefois et bien que la question du genre fasse aujourd’hui l’objet de la préoccupation de tant d’organisations et de leaders mondiaux, les efforts entrepris en faveur des groupes minoritaires et notamment les femmes suffisent-ils réellement à éradiquer ce type de discrimination ? Au final, Mesdames, il appartient à vous et à vous seule de vous imposer afin de promouvoir votre cause.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *